LE CHÂTEAU de NOGARÈDE

Le Château de Nogarède est une propriété privée. Il ne se visite pas

 

 

 

 

L'imposant château de Nogarède se dresse au sommet d’une colline et offre une vue magnifique sur la vallée de la Lèze et, au loin, sur les Pyrénées. L’édifice a été construit au XVème siècle sur des fondations moyenâgeuses et rénové au XVIIème.
Il est en briques rouges avec des fenêtres en pierre à meneaux. Il est flanqué de trois tours rondes et d’une tour octogonale renforcées par des voûtes cintrées de briques bien apparentes qui les cernent au ras du sol. Une autre protection est constituée par des murs, qui montent haut et qui relient dans les angles les tours aux murs du château proprement dit. Ces constructions devaient servir à retenir les obus envoyés contre le château ! Un contrefort imposant contre le mur ouest renforce encore la construction.

 

 

Les deux tours au sud, de trois étages, ont 23 mètres de haut. L’une d’entre elles est octogonale. Une petite tourelle la double d’un second escalier au troisième étage. Elle était autrefois surmontée d’une terrasse qui a été supprimée ; la tour a alors été rehaussée à la même hauteur que l’autre et couverte d’un toit à huit pans. C’est par elle que l’on entre dans le château par une magnifique porte qui ouvre sur un escalier à vis.

 

 

Une cinquième tour a été détruite à la Révolution. La légende veut que les briques aient servi à construire la mairie de Saint Ybars.
Le château a longtemps été occupé par la famille de Sers, seigneurs de Nogarède. Son propriétaire actuel est monsieur Dufrêne qui l’a hérité de son père ; ce dernier succédait à sa mère, madame Davisard et a doublé une des ailes du château formées par d’anciennes écuries devenues demeures familiales.

 

 

Le château est sis sur 80 hectares de terre et de bois couverts d’arbres séculaires : chênes, cyprès, cèdres… On y trouve une belle chapelle construire en pierre au XVIIème siècle, avec un mur clocher de trois cloches et une porte en bois restaurée. Elle est dédiée à Saint Laurent. Il y encore une quarantaine d’années, elle était en service - les enfants de monsieur Dufrêne y ont été baptisés - et le 6 août, jour de la fête du saint, rassemblait les habitants de Sieuras. Elle contient encore des statues de Sainte Germaine et de Saint Joseph et une chaire peinte en bois. Le chœur s’ouvre vers la sacristie. Le presbytère jouxte la chapelle.

 

 

 

 


Un peu plus loin on aperçoit encore une porcherie en pierre avec des encadrements de fenêtres en briques et une venturie qui permettait de sécher le grain. Ces bâtiments sont de taille imposante ; ils sont le signe d’une activité agricole autrefois importante.

 


 


L’ensemble est impressionnant mais certains endroits sont très vétustes : le temps, la foudre ont abîmé certaines parties du château. La tour octogonale aurait besoin d’avoir son toit refait de toute urgence. Monsieur Dufrêne tente de maintenir les bâtiments « hors d’eau » afin qu’ils ne s’écroulent pas. La tache est immense et il aurait besoin d’aide.